questions/reponses sciences-humaines methode coué epictete fal-nameh temoignages voyance clermont ferrand voyance sagesse du tarot travaux occultes


  Lame 19 
 
LE SOLEIL ( Le Soleil )

Valeur numérique : 100

Lettre : Coph

Sur cette carte, nous retrouvons les deux pôles opposés sous la forme des deux sexes. Sur la cinquième carte, ils étaient agenouillés devant le Grand Prêtre; sur la quinzième, représentés par deux petits diables, ils étaient enchaînés au socle de Satan. Sur la cinquième carte, ils étaient habillés et, en dépit du contact direct qui les unissait, ils étaient libres et indépendants. Sur la quinzième carte par contre, ils étaient déjà nus et montraient leur être réel. Ils étaient solidement attachés à un anneau de fer fixé au piédestal de Satan, subissant son esclavage.

Mais les voici maintenant jeunes, beaux et délivrés, vêtus d'un seul pagne. L'être réel et nu qu'ils montraient sur la quinzième carte — soumis à l'esclavage de Satan — est devenu pur, sain et beau. Le pagne du jeune homme est rouge, donc masculin-positif, celui de la jeune fille est bleu, donc féminin-négatif. Les deux sexes ne doivent pas être considérés ici sous leur aspect physique-matériel, mais bien comme un principe spirituel. Le soleil dore leurs boucles blondes. Ils se tiennent par la main : le jeune homme tient la main gauche de la jeune fille qui elle, tient la main droite du jeune homme. De l'autre bras, ils s'enlacent. Ils sont parfaitement symétriques car ces deux êtres sont valeur.

L'anneau de fer auquel ils étaient enchaînés à Satan est devenu ici une belle couronne de gazon fleuri entourant les deux créatures. Elles sont à nouveau réunies, non plus dans une union physique et exterieure telle que Satan la voulait, mais unies par l'esprit car elles se complètent et forment une unité, tell, qu'elle existait avant la séparation satanique. Le cercle est toujours le symbole de l'esprit. Ces deux êtres

donc représentés ici spirituellement unis. Le corps et l'habit ne sont pas terrestres. Cette union au centre de la couronne est intérieure et purement spirituel L'homme parvenu à ce niveau de conscience porte en soi cette unité spirituelle des deux sexes au sein ct laquelle les deux pôles reposent.

Le mur, derrière les deux silhouettes, représente tombe mais aussi un fondoir, théâtre de procédés alchimiques. Cette tombe, ce fondoir est la promesse qu'il en sortira de l'or, quelque chose de parfait et de vivant. Pour l'instant, nous ne voyons que les briques multicolores du mur illustrant les différentes énergies à l'oeuvre. Ces couleurs nous sont connues : la spiritualité ( rouge ), la foi en Dieu ( bleu ) et la raie_.7" ( jaune ).

Un grand soleil d'or inonde les deux jeunes de rayons chauds, pénétrants et maturateurs dont douze sont jaunes et douze rouges. Ils font allusion douze maisons du ciel, aux douze signes du zodiaque Ce beau soleil aux yeux bleus et aux lèvres rou irradie sagesse et spiritualité. Il domine cette comme la lune dominait la précédente. Sans mot dire il rayonne sa chaleur sur toute la terre et provoque, dans son entourage, les transmutations chimiques les plus fortes. Il irradie aussi le mur du fondoir nous laissant supposer le processus chimique qui s'y effectue.

L'homme qui, au niveau de la carte 18 a franchi le seuil entre la mort et la vie — la vie et la mort — est maintenant devenu un avec son Moi suprême que, jusqu'alors, il n'avait ressenti que comme sa voix intérieure, son « saint esprit ». De ce TU, il est devenu son MOI propre. Il est lui-même. La philosophie védique dit TAT TVAM ASI : TU ES CELA. L'homme parvenu à ce niveau se transforme : d'une réflexion de lumière, il devient une source de lumière. Il n'est plus le miroir qui, pareil à la lune, reflète la lumière du soleil, mais une lumière et une chaleur propres : Il est devenu le soleil, la source de la lumière elle-même ! Il était un instrument de révélation, il est devenu le révélateur, la source même des manifestations. Il irradie sa propre sagesse et son amour divins, sa propre spiritualité divine sur le monde entier et l'inonde de son or. C'est grâce à cet or qu'un nouvel être peut prendre naissance en l'homme dont le corps se transforme au cours d'un processus chimique — c'est chose faite d'ailleurs — dans son corps, tous les métaux deviennent or.

Oui, c'est lui qui gît dans ce cercueil, cet athanor, et qui est transmué. L'ancien meurt ici pour donner la vie à l'être nouveau. Les Alchimistes l'expriment ainsi : le phénix est brûlé et, de sa cendre, renaît un oiseau superbe et nouveau qui s'envole vers le ciel.

Or, ce n'est plus un événement d'ordre symbolique, cela se passe dans la réalité matérielle. Ce n'est plus la personne qui est symboliquement détruite, mais

le corps de l'homme, sang et os, qui est transforme Cette transmutation est chimiquement prouvable Pareil à Jésus, Bouddha et autres Hommes-Dieu _ l'homme porte en lui les deux sexes spirituellement unis. Les deux pôles se complètent dans l'esprit de ce: homme. Les deux sexes sont égaux dans son esprit et son être spirituel manifeste tous les deux également Il est à la fois positif et négatif; son corps, par conséquent, ne réagit plus de manière unipolaire. Il

neutre dans son corps comme dans son esprit. Le sert- opposé n'a plus d'emprise sur son corps car il pore consciemment en lui les deux sexes qui se complètent pareil à DIEU qui porte en soi les deux pôles repos an- dans l'équilibre parfait comme l'illustre l'antique Symbole chinois de Dieu — Yang et Yin :

Il y eut toujours — et il y en a encore — des

parmi les hommes qui connaissaient le secret de

transmutation chimique du corps, le gardant du commun des mortels. Ce mystère qui nous vient de l'Orient, fut amené par les Croisés au cours du Moyen Age. Ceux qui, en Europe, furent initiés dans cet

et le transmirent à quelques disciples, se groupèrent sous le nom de Rose-Croix ou d'Alchimistes. savaient que l'homme, par le développement de si conscience, pouvait aussi changer chimiquement s:- corps. Grâce à certains exercices, l'homme conscient peut accélérer ce processus chimique. Mais la condition primordiale est la maturité spirituelle; cela explique pourquoi on ne peut divulguer ce secret à ceux qui ne sont pas prêts. Conscients de cela, les Rose-Croix masquèrent leur savoir et le transmirent sous la forme d'écritures et d'illustrations énigmatiques propres toutefois à éveiller l'intérêt des hommes mûrs.

Les images des Rose-Croix présentent les mêmes symboles que celles du Tarot. Par exemple, nous rencontrons souvent Satan chez les Rose-Croix et même plus tard chez les Francs-Maçons, ordre dérivé des premiers; l'image de la mort et celle de l'athanor, celle des deux sexes représentés sous la forme d'un homme et d'une femme se tenant par la main et souvent, portant une couronne. Et plus particulièrement encore, les quatre dernières cartes du Tarot se reconnaissent tant dans les illustrations des Rose-Croix et des Alchimistes que dans celles des Francs-Maçons. C'est donc au niveau de la dix-neuvième carte que l'or, la force solaire divine et spirituelle, est produit dans le fondoir, dans cette tombe, et que celui qui ressort de cette tombe-athanor est un être ressuscité, pareil au phénix qui renaît de sa cendre pour s'envoler vers le ciel. Dans cette tombe, il se passe quelque chose de très important, de très solennel. L'homme ordinaire donne naissance à l'homme magique.

Le soleil spirituel arrose l'athanor de sa force et de son or. Les gouttes symbolisent les exercices secrets auxquels l'homme peut se soumettre pour accélérer son évolution s'il a déjà franchi le seuil, et pour préparer son corps à la réception des fréquences divines supérieures. Pareil au fer qui, par un traitement adéquat, peut être rendu magnétique, l'homme ordinaire peut, par ce processus, devenir un être magique L'homme ordinaire qui n'a pas de lumière propre devient une source de lumière divine ne nécessitant plus aucun secours, mais aidant chaque homme, chaque créature vivante.

Les neuf premières cartes portaient des chiffres simples, les neuf suivantes des dizaines et les quatre dernières, des centaines. La carte 19 du Tarot porte le nombre 100, la somme de 19 liée à deux zéros. symboles de l'espace infini. Sa lettre est COPH.

Le nombre 19 est composé du nombre origine_ divin 1 et du chiffre 9 « l'auto-sacrifice », le négatif créateur qui dans chaque situation reste toujours ce qu'il est grâce à ses facultés parfaites d'adaptation. I' est donc le nombre du féminin absolu. Nous avons parlé longuement de ce nombre au neuvième chapitre. Comme le nombre 9 ne change rien au nombre 1_ auquel il est ajouté, ils donnent ensemble le nombre originel divin lié au 0, donc le 10, nombre de la réalisation et de l'accomplissement de la création. Il est le retour au 1 originel avec une création achevée dans l'espace, 0, car il contient les deux sexes, les deu,: pôles, le chiffre 1 positif-divin et le chiffre 9 négatif- divin. Pour l'homme, c'est ici la fin de son évolution dans la création. Il a atteint le niveau supérieur, l'accomplissement et l'achèvement. C'est ainsi qu'il es: devenu le nombre 10. Cette carte porte la valeur 1 au carré, soit 100. Chaque partie du symbole de 1,-, matière, chaque côté du carré, est devenu 10. Et 1 au carré donne 100.

La signification hiéroglyphique de la lettre COPH est la hache, une arme qui défend et protège l'homme COPH est la lumière, la terre illuminée et animée, et correspond au nom Kadesh, le « Saint », qui règne sur les astres et sur l'inerte pour lui donner la vie.

 
www.voyanceclermontferrand.fr