questions/reponses sciences-humaines methode coué epictete fal-nameh temoignages voyance clermont ferrand voyance sagesse du tarot travaux occultes


   

Lame 12

LE PENDU ( Le Pendu)

Valeur numérique : 30

Lettre : Lamed

Une fois encore, nous retrouvons le Magicien. La première carte le représentait au début du chemin; la sixième au carrefour; la septième, en triomphateur qui a appris à vaincre et à dominer ses sept propres forces. Or, le voici pendu. S'agit-il d'une rechute ? Non, car il semble satisfait de son sort. L'expression du visage est plaisante et ouverte. Etudions donc avec soin le sens de cette carte.

A droite et à gauche, deux troncs d'arbre nous rap-

pellent les colonnes de Salomon, Jakim et Boas. Chacun d'eux avait six branches dont nous apercevons encore les moignons. Les troncs sont bleus à leur base, puis

tournent au vert; les moignons sont rouges. A la hau-

teur de la septième branche, les troncs ont été sciés et reliés l'un à l'autre par une planche jaune à laquelle est pendu le jeune homme Une corde solide est passée autour de sa cheville gauche et le maintient fermement à la planche. Comme le Roi de la quatrième carte du Tarot, il forme avec ses jambes le signe de la croix Le Pendu porte des chaussures brunes et des bas bleus Sa veste rouge et blanche, est ceinturée de jaune. Les couleurs sont opposées, soit blanc et rouge pour le haut, et rouge et blanc pour le bas. Les deux poches en forme de demi-lunes ainsi que les six boutons sont blancs dans la partie rouge et rouges dans la partie blanche. Ses bras sont habillés de jaune et garnis de manchettes rouges. Il cache ses deux mains vertes derrière le dos. Sous les bras, il tient deux bourses, l'une bleu clair, l'autre rose. De la bourse bleue, le Magicien laisse échapper des pièces d'argent, et de la bourse rose, des pièces d'or. Ses cheveux sont blonds et bouclés.

L'état illustré par ce dessin est étrange et quasi incompréhensible à qui ne l'a encore vécu. A ce niveau, l'être humain voit et agit à l'inverse des hommes ordinaires. Et lorsque l'on voit et agit à l'inverse des autres, on est en conflit constant avec le monde extérieur. Mais comment en arrive-t-on là ? Essayons de comprendre cette image. Nous allons voir que cet état est inévitable pour celui qui a passé par tous les stades décrits jusqu'à ce point.

L'homme a grimpé les six niveaux de l'arbre. Il dut

donc apprendre à connaître ces six niveaux physique- matériel, végétatif, animal, mental, causal et le sixième, purement spirituel. Or, à ce sixième degré, l'homme n'a plus de volonté personnelle, il agit selon la volonté divine. Il sait ce que Dieu veut de lui; il est devenu un instrument de Sa volonté. Il s'ensuit donc que l'homme arrivé à son plus haut niveau spirituel, tel Moïse « sur la montagne », peut parler face à face avec Dieu. Cela signifie que sa conscience s'identifie à Dieu, il vit cet état d'être avec Dieu. Le jeune Magicien a pris pied sur le septième échelon. Son pied touche cette septième marche, IL SE TIENT DONC DESSUS, mais à l'envers. Le langage humain dit qu'il est pendu. Il voit tout à l'envers. Comment pourrait-il en être autrement puisque, à l'échelon de la onzième carte, il a réalisé l'amour spirituel véritable et est parvenu à tout considérer du point de vue des autres, sous l'angle divin de l'AMOUR, de l'UNITÉ ? — Et nous savons que les points de vue divin et humain sont l'exact reflet l'un de l'autre.

Les deux troncs d'arbre illustrent encore quelque chose d'important. Les six moignons et le septième juste à l'endroit où les troncs furent coupés, représentent les sept centres spirituels de l'homme qui ont leur foyer dans les centres nerveux majeurs du corps. La philosophie indienne du Védânta nomme ces centres psychiques « chakras ». Il ne faut toutefois jamais confondre les chakras avec les centres nerveux qui n'en sont que le siège. Un centre psychique, donc un chakra, est au centre nerveux ce que le conducteur est à sa voiture. Le conducteur est assis dans l'automobile, la met en mouvement et la conduit, mais il n'est en aucun cas la voiture ! C'est hélas une erreur que beaucoup d'auteurs occidentaux ont commise. Ils ne connaissent pas la différence entre chakras et centres nerveux et sont d'avis qu'ils forment une seule et même chose. C'est une grave méprise. Ces centres psychiques, les chakras, ont leur foyer dans la colonne vertébrale, le véhicule de la vie. Le chakra inférieur de la colonne vertébrale se trouve dans le coccyx et porte en soi le pôle négatif. Son nom est Muladhara. Le deuxième. également dans la colonne, a son siège au-dessous du nombril; il est nommé Svadhishthna et régit le pouvoir de procréation. Le chakra suivant, Manipura, habite le plexus solaire. Le chakra du coeur s'appelle Anahata. Vishuddha est situé dans la glande thyroïde; Ajna entre les sourcils et enfin, tout au sommet du crâne, le dernier chakra, Sahasrara, porte en soi le pôle positif et sert à la manifestation de l'esprit divin. Ce sont les sept échelons que l'homme doit gravir. Et lorsqu'il arrive à la septième marche, qu'il éveille le septième chakra et le sort de sa condition latente, il atteint cet état dans lequel, pareil à Moïse, il peut parler face à face avec Dieu. Mais, il doit d'abord passer par chacune des six étapes précédentes et faire travailler les six chakras.

Les jambes du jeune homme qui l'ont aidé dans son ascension, sont bleues et les chaussures brunes. Où qu'il aille, il est toujours guidé par la foi. Il est un instrument divin. Il s'est défait de sa propre volonté. Ses souliers sont bruns et seule la partie inférieure garde un contact avec la matière, avec la terre qui lui sert de base. Les couleurs de ses vêtements sont le blanc ( la pureté ), le rouge ( la spiritualité ), le jaune ( l'intelligence ), le vert ( la bienveillance ). Nous savons déjà ce que cela signifie. En lui-même, le jeune homme

est spirituel et pur; l'intelligence et la raison dirigent

ses activités. Les demi-lunes blanche et rouge représentent les forces négative de la lune et positive du soleil; il les a « dans la poche », c'est-à-dire qu'il domine et maîtrise ces forces. Les six boutons sont les cinq sens plus le sixième dont il a maintenant grand besoin. Grâce à sa position inversée, les trésors amassés s'échappent des deux bourses afin que d'autres puissent en profiter. Ses trésors sont l'or, positif-spirituel, et l'argent, négatif-psychique. Il donne à son prochain tout ce qu'il a acquis au cours de dures expériences. Comment un homme de pareille qualité pourrait-il voir et agir de la même manière que les gens ordinaires encore aveuglés par l'égoïsme, l'envie, la convoitise et l'orgueil ? Il devient alors clair que le « pendu » reste un incompris et que ses actions sont mal interprétées. L'homme sait qu'il a atteint ce niveau lorsqu'il lui devient nécessaire de toujours expliquer les raisons de ses actes. Il est curieux de noter que, même sans connaître le Tarot, ceux qui sont parvenus à cet état l'ont exprimé par un sentiment de pendaison. Certains ont rêvé qu'ils étaient pendus comme des chauve-souris et d'autres ont rapporté que, pendant la méditation, ils ont eu l'impression d'être soulevés par les pieds et devoir rester ainsi pendus, la tête en bas. En rouvrant les yeux, ils se sont trouvés normalement assis sur une

chaise. C'est un phénomène connu de ceux qui font des exercices mentaux de yoga. Cette expérience d'être

pendu la tête en bas est liée à un élargissement de la conscience. A ce douzième niveau, l'homme vit cet état non seulement dans son sens spirituel mais il le projette dans le corps et, par conséquent, le ressent aussi physiquement.

Illustrons par l'exemple la manière de penser et d'agir de celui qui est « à l'envers ». Avant de quitter la maison, le « pendu » ferme soigneusement à clé bureau et armoires. Tout son entourage, famille et employés, sont d'avis qu'il craint que, pendant son absence, quelqu'un puisse s'approprier quelque objet, Donc, s'il ferme tout, c'est qu'il soupçonne son entourage de quelque malhonnêteté. Or, la raison du « pendu » est exactement opposée il ferme tout à clé afin de garder ses proches au-dessus de tout soupçon.

Si quelque chose devait une fois manquer dans un tiroir, personne, même pas lui — le diable ne dort jamais ! — ne pourrait accuser quelqu'un de son entourage. S'il ferme tout, personne ne peut être soupçonné. Ainsi, au lieu de douter de ses proches, il les protège. Il est inutile de multiplier les exemples. Le lecteur qui a déjà atteint ou même dépassé ce stade, connaît la valeur de ces affirmations. Il en fait ou en fera l'expérience. Pour ceux qui n'en sont pas encore là, tout cela ne semble pas avoir beaucoup de sens. Ils ne comprennent ni ne croient que c'est possible. Ils y pensent et y réfléchissent, mais d'une manière inversée. Les « pendus » en ont l'habitude.

Les grands initiés qui ont créé ces cartes afin d'illustrer les différents niveaux de conscience, avaient une telle connaissance des profondeurs de l'être qu'ils savaient que cet état n'était pas vécu d'une manière spirituelle exclusivement mais aussi dans sa projection physique. Beaucoup de ceux qui suivent la grande route connaissent ces cartes. Mais ce n'est que lorsque, tout à coup, ils vivent, ils réalisent en eux-mêmes ces différents états, qu'ils comprennent et saisissent vraiment le sens de ces illustrations. La lumière se fait et ils s'inclinent avec respect devant ces initiés au savoir psychologique si étendu.

La carte du Tarot « LE PENDU » porte la somme du nombre 12 : 3 lié au 0, symbole de l'espace infini, donc 30. La lettre est LAMED.

Le nombre 12 et toutes ses multiplications sont les plus significatives de toute la série des nombres. Il est remarquable de noter que 12, un nombre relativement petit, peut être divisé par six chiffres — donc la moitié des chiffres le composant. En additionnant ces six chiffres : 1 ± 2 ± 3 + 4 ± 6 + 12, nous obtenons 28 dont la somme est à nouveau 10, nombre de l'accomplissement, de la parfaite réalisation de la nature. En multipliant le nombre de la Trinité divine 3 avec celui des quatre visages de Dieu, 4, nous obtenons 12. ce nombre unique qui se divise par autant de chiffres que la moitié de son propre nombre. Cela ne se reproduit avec aucun autre nombre, même plus grand.

Depuis les temps les plus reculés, l'humanité a

reconnu la valeur exceptionnelle de ce nombre et a divisé le ciel en douze signes zodiacaux. Avant d'intro-

duire le système décimal, le nombre 12 et sa multiplication au quintuple 60, servait de base au système

arithmétique. 60 est divisible par 12 nombres, donc

un cinquième de sa valeur, ce qui est également un

pourcentage élevé ! Dans la Bible, nous retrouvons

souvent le nombre 12. Les douze tribus d'Israël, les

douze disciples du Christ, les douze paniers pleins des

restes des deux poissons et des cinq pains avec lesquels

Christ rassasia cinq mille hommes, n'en sont que

quelques exemples. La douzième carte du Tarot a une valeur numérique de 30, le nombre de la Trinité divine liée au 0. Nous reparlerons de ce nombre lorsque nous en arriverons à la carte 21, renversemem du nombre 12 et dont la somme est également 3.

La lettre LAMED correspond au bras de l'homme.

Elle est en étroite relation avec tout ce qui, pareil au

bras, s'élève et se déploie. Les révélations prophétique

créent au sein de l'humanité une dilatation de conscience d'ordre divin de laquelle résulte l'idée de la loi

manifestée.



 
www.voyanceclermontferrand.fr