questions/reponses sciences-humaines methode coué epictete fal-nameh temoignages voyance clermont ferrand voyance sagesse du tarot travaux occultes


   

Lame 21

LE MONDE ( Le Monde )

Valeur numérique : 400

Lettre . Thau

Cette illustration est d'un ordre purement universel et cosmique. Après maintes transformations ( la Justice, la Force, la Mesure, les Etoiles ), voici une fois encore au centre de la carte, la Reine des Cieux. Elle est nue. Elle n'a pas besoin de se voiler aux yeux des mortels car maintenant, elle est chez elle, dans le grand espace, dans l'univers. Elle porte une étroite étole rouge symbole de sa haute spiritualité. Sa chevelure dorée traduit la puissance de sa raison. Dans sa main gauche, elle tient deux baguettes magiques dont l'une se termine par une sphère rouge, et l'autre par une verte qui, comme nous le savons, représentent les charges positive et négative. Pareilles à celles de l'Empereur de la quatrième carte et du Pendu de la douzième, les jambes de la femme forment la croix, symbole du monde matériel. La Reine des Cieux est l'aspect maternel de Dieu régnant sur la partie matérielle de l'univers; elle est la MÈRE, elle est la NATURE, ses baguettes magiques sont l'expression de ses lois immuables auxquelles l'univers entier est soumis.

La grande couronne verte qui l'entoure est la même que celle qui, sur la dix-neuvième carte, se trou-. - sur le sol. Elle signifie ici l'espace cosmique infini le grand ZERO. Bien des artistes appelés à illustre:- Tarot l'ont représentée sous la forme d'un serpent mordant sa queue, symbole de l'infini et de la rotation.

Autour de la couronne, nous reconnaissons if- quatre signes zodiacaux du Lion, du Taureau. l'Ange et de l'Aigle. Dans la Bible, les quatre côtés n_ ciel nous sont révélés par la vision d'Ezéchiel quatre coins de l'arche d'alliance étaient également flanqués de ces quatre créatures. Les quatre évan1elistes furent apparentés à ces signes : le Lion a-.-e-1 Marc, le Taureau avec Luc, l'Ange avec Matthieu e: l'Aigle avec Jean — le scorpion racheté, Judas.

Cette carte illustre l'univers, l'espace incommensurable. Arrivé à ce niveau de conscience, l'homme est devenu un avec DIEU. Christ dit « MOI et le PÈF_-__1 nous sommes UN » et l'homme maintenant peut également le dire car il est un Homme-Dieu. Il vit un etat moniste avec DIEU, non plus dualiste. Il ne s'adresse

plus à un Dieu extérieur : il sait qu'on ne peut trou:Dieu que sur le chemin vers l'intérieur, sur le chemin qui conduit au Moi, au plus profond de soi-même. Les premiers pas sur cette route sont la connaissance du petit « moi » personnel, le « moi illusoire » dont l'homme doit être conscient. Puis, il apprend à se connaître de mieux en mieux et réalise que ce qu'il croc: être, n'était en fait qu'un conglomérat de forces, d'instincts, de désirs physiques et de raison. Il comprend que sa petite personne n'est qu'un « moi illusoire»

auquel son être réel n'a fait que donner vie, que l'animer. Celui qui fait sienne cette vérité ne s'identifie plus entièrement à son être physique matériel. Sa conscience s'est élargie et il s'est rapproché de son Moi suprême. L'homme poursuit son ascension sur l'échelle de Jacob, toujours plus haut. Le destin soutient ses efforts en le plaçant devant des événements, des expériences et des examens qui, malgré les souffrances provoquées ainsi, conduisent l'homme toujours plus profondément en soi. Il doit considérer son petit « moi » personnel comme un tiers, s'en détacher de plus en plus, continuer sa route à travers toutes les étapes symbolisées par les cartes du Tarot jusqu'à ce qu'il devienne son MOI SUPRÊME, son ÊTRE réel. Il ne lui suffit pas de comprendre ces vérités intérieures avec sa raison, il serait alors encore bien loin de la réalisation. Il doit avancer et gravir la marche sur laquelle il n'est plus qu'un être divin nu, sans plus d'interférences physiques et matérielles. A tous points de vue, et dans n'importe quelle situation, il ne peut et ne doit être que soi-même car il ne peut en être autrement ! Il est guéri de toutes les maladies de l'âme telles que la convoitise, la jalousie, la vanité et la soif du pouvoir qui, jamais, ne furent caractéristiques de son être réel. Il ne peut et ne doit manifester maintenant que les qualités divines car il est devenu divin. Si, afin de ne pas choquer, il devait se comporter comme un homme ordinaire parmi les autres, il ne pourrait le supporter et préférerait donc se retirer complètement. Ainsi, il ne doit plus expliquer ses menus faits et gestes à ceux qui, de toutes façons, ne le comprendraient pas. Mais, ce ne sont pas là les seules raisons de sa retraite. Au cours du long vers son MOI, les organes de ses sens se sont

affinés que, sans peine, il perce à jour ses prochains Bien qu'il les comprenne et ne les juge pas, il

de les voir persévérer dans un mode de vie destructeur. Ils n'écoutent pas la vérité, même cent ::_s répétée, et courent à leur perte, pareils aux contemporains du Christ. Il préfère alors partir. Ses sens e:

nerfs raffinés ne pourraient plus s'accommoder de nourriture, des boissons et du bruit de ses prochains Ces êtres quittent toute vie mondaine à moins DIEU leur impose un examen en les plaçant

ment parmi les hommes pour y accomplir leur miss: En Europe, il est difficile de se retirer de la soc:e:e Aussi, ils s'en vont vers d'autres contrées et viven: bas comme tous ceux qui ne peuvent supporter le more

Il y a beaucoup d'exemples mais il est inutile de énumérer tous. A part ceux que tout chercheur De::: trouver dans les livres — Rama Krishna, Shivapuri baba ou Ramana Maharshi — il y en a de plus discrets L'auteur en connaît plusieurs, hommes et femmes ( dont l'une de la haute société quitta

dent pour se rendre aux Indes, s'y fit couper les cheuveux et continua sa route comme un modeste pèlerin Lorsqu'on rencontre de tels êtres et qu'il est don_. d'entrevoir l'harmonie et le calme qui les habitent. 1• comprend pourquoi ces gens désirent se retirer monde.

Ces êtres sont au-dessus de toute critique. Le_:_-s conceptions sont différentes de celles de l'hon=e moyen. Ils portent en eux les caractéristiques du Pente_ et du Fou. Tout ce que l'homme ordinaire croit indispensable leur est devenu superflu. Ils ne se déplacent plus car ils savent que le monde est également beau partout si, derrière toute forme et toute manifestation, on reconnaît celui qui se manifeste, DIEU. Un homme à ce niveau n'a plus besoin des musées ni des galeries de peinture pour admirer les merveilleuses illustrations des beautés du monde bien que, mieux que personne, il sache reconnaître le talent artistique. Mais il sait que chaque morceau de musique, chaque tableau, chaque figure ne sont qu'une manifestation partielle, qu'une partie du tout. Les arts, comme le plus modeste travail, sont le chemin conduisant au but, vers le tout, vers le développement et la perfection, vers SOI, vers DIEU ! Mais l'homme n'a plus besoin de tout cela, il est arrivé au but. Il est devenu la perfection, le tout, il est devenu DIEU. Pourquoi ne devrait-il manifester qu'une partie alors qu'il est devenu le tout ?

Moïse, Jésus, Bouddha et les autres géants parvenus au but ne furent ni peintre, ni sculpteur, ni musicien et ne dansèrent pas devant l'autel pour, à l'instar de David, manifester Dieu. Un tel être sait que toute représentation artistique venant du coeur est une manifestation divine correspondant au niveau atteint par l'homme. Mais pour les titans, les manifestations partielles sont inutiles. Ils sont devenus la source de tous les arts, la source de tout amour. C'est pourquoi ils ne ressentent plus l'amour. L'amour est le désir et le besoin d'unité. Or, lorsque l'homme est devenu UN avec le tout, lorsqu'il est parvenu à l'UNITÉ, pourquoi devrait-il ressentir un besoin d'unité ? Ces êtres sont de retour chez eux, ils vivent en DIEU. Leur conscience est identique à l'ÊTRE.

La vingt-deuxième carte du Tarot porte le nombre 400, résultant de la somme du nombre 22, 4 multiplié par 10 au carré, donc par 100. La lettre est THAU

Le nombre 4 recèle l'aboutissement divin de la création le nombre 10. Car en additionnant les jusqu'à 4, nous obtenons 10 ( 1 + 2 + 3 + 4 = La valeur numérique 400, le chiffre 4 lié au clou.:_e symbolise toute la création matérielle, l'univers f- avec le Créateur, avec DIEU. Le nombre 10 doit s'écrire

La femme, l'aspect féminin de Dieu, Dieu e: qualité de « mère », Isis ou Kali, représente, sur carte, le chiffre 1 et la couronne, le cercle infini. _ vers. Mais derrière la femme, aspect visible de

la nature, nous sentons aussi le principe masculin féminin de Dieu, la divinité invisible, innombrable et non manifestée. Dans la Cabbale, cet aspect s pelle EN-SOPH et chez les Hindous PARABRAHM _

THAU et DALEHT ( carte 4) ont la même

cation hiéroglyphique : « le sein ». Nous comprennons pourquoi cette lettre définit celui qui est arrivé au

Il a atteint la plus grande profondeur, le SEIN Ce — création. Il est dans le sein de Dieu. Cette lettre également le symbole de l'homme car l'être humain est le but et l'achèvement de toute la création visible ,











 
www.voyanceclermontferrand.fr