questions/reponses sciences-humaines methode coué epictete fal-nameh temoignages voyance clermont ferrand voyance sagesse du tarot travaux occultes


   

Lame 20

LE JUGEMENT

(Le Tribunal)

Valeur numérique : 200

Lettre : Resh

Un ange du ciel sonne la trompette. Son vêtement bleu et rouge orné de jaune, est semblable à celui de la Reine du Ciel. Une calotte rouge symbolise sa haute spiritualité. Il a deux grandes ailes qui le portent dans l'espace infini. Douze rayons rouges et jaunes irradient la terre. Ce nombre rappelle les douze maisons du

et les douze signes zodiacaux. L'ange sonne sa trompette d'or : le temps est venu où « le nouvel homme immortel » doit renaître des cendres de « l'ancien être mortel ». La sonnerie de trompette doit le réveiller dans sa tombe, le ressusciter. Le drapeau ornant l'instrument fait également allusion à cette résurrection Une croix d'or s'inscrit dans le drapeau, c'est la transformation de la matière — du corps physique de l'homme ressuscité. Dans le fondoir, tous les métal_sont devenus or. Nous avons vu que l'homme est lui même ce fondoir et que, par ses progrès spirituels. transformation du corps est réelle et non pas symbolique. L'homme est ressuscité et, comme le Christ, sort du sépulcre.

En bas, sur terre, nous voyons la tombe où

« l'homme ancien » et d'où sort « l'être nouveau » emprunte ici la silhouette d'un « adulte-enfant ». Cela veut dire que, comme un enfant, il appartient à un sexe, mais à l'état latent seulement, et que dans sa conscience, il ne s'y identifie pas. Christ nous dit: « Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n'y entrera point. » Ces paroles sont lourdes de sens; l'un d'eux est que, pour arriver à un état de conscience et de calme intérieur divins, nous devons être pareils aux enfants qui ne connaissent pas encore leur sexualité. Cela ne signifie pas que nous devons être asexués et anormaux, car l'enfant est normal et parfaitement sain mais il ne manifeste activement aucune sexualité. Nous pouvons garder ces forces, les employer pour nous, au lieu de les dépenser à préparer la naissance d'une nouvelle créature.

Un être sain, quelque peu enfantin, vit le grand moment de la résurrection; il sort de la tombe et renaît pareil au nouveau-né, saisi et bouleversé. Il est tout simplement LA et MAINTENANT. Il vit une présence d'esprit absolue.

Deux silhouettes, un homme et une femme, assistent à cette résurrection et admirent cet être neuf. Ils symbolisent les deux sexes. La partie inférieure du corps avec les organes sexuels est ancrée dans la terre. Ces deux êtres sont encore prisonniers de la terre et poursuivent leur vie sexuelle sur le plan physique. Tous deux sont sains et normaux et pourtant, ils ne sont pas heureux. S'ils l'étaient, ils n'admireraient pas tant celui qui sort de la tombe. Ils ne connaissent que trop bien les problèmes et les souffrances causés par sexes; ils savent comment les hommes perdent le-J.1 liberté en se soumettant à l'esclavage sexuel et 1_, savent la brièveté du bonheur des sens. Lorsque its glandes sont fatiguées, que reste-t-il à l'homme de cette sorcellerie ? Il ne reste que l'esclavage et liberté perdue. C'est pourquoi ces être asservis regardent le ressuscité avec nostalgie et admiration. Ce son: déjà des « chercheurs » qui aspirent à la délivrance. envient et admirent celui qui l'a vécue. Leurs mains jointes comme pour une prière expriment le respect et le saisissement devant cet événement divin, devant: cette transmutation spirituelle et physique, devant ia résurrection de celui qui désormais vit dans un état de. bonheur constant. Ils savent combien précaire et versatile est le bonheur passager de la sexualité. Or, notre esprit qui est immortel aspire à des joies immortel: et impérissables, à un bonheur durable !

L'homme parvenant à ce niveau vit la même expérience que chacun de nous vit au moment de la mort Ceux qui, déjà « là-bas » furent ranimés, expliquent qu'ils sont passés devant le « petit tribunal ». moment où l'esprit — le MOI — se défait du corps toutes les impressions glanées au cours d'une vie e: accumulées dans l'inconscient, se libèrent et se préc1- pitent toutes ensemble dans la conscience. L'homme revit sa vie comme un morceau de musique se joue sur un disque. Mais notre vie, comme la musique, n-e peut être vécue que dans le temps. Il faut donc que- l'aiguille du gramophone parcoure tous les sillons du disque, du début à la fin. C'est ainsi également que notre vie peut être parcourue dans le temps. Mais à l'heure de la mort, l'être est dans un état qui lui permet de revoir sa vie hors de l'espace et du temps car tous les événements et les impressions pénètrent sa conscience au même instant. « L'homme ressuscité » vit encore cet état dans sa vie terrestre et dans son corps. Pareil à celui qui meurt, il doit faire le décompte final comme s'il devait revivre toute sa vie, non pas clans le temps, mais tout en une fois. Comme s'il lui était donné de découvrir d'en haut tout un paysage sans avoir à le parcourir. L'homme voit alors avec exactitude tout ce qui lui est arrivé et il ne lui est plus guère possible, comme ce fut le cas dans sa vie, d'embellir, de cacher ou de trouver des excuses. Non, il doit laisser se dérouler devant ses veux spirituels le film de sa vie telle qu'elle fut, sans tromperie, sans voile, sans masque. Il doit faire face et accepter les faits que cela lui plaise ou non, il doit revivre ses actions telles qu'il les commit. Il doit reconnaître les raisons de ses actes. Il est confronté avec les motifs qui, pour lui, justifièrent ses faits et gestes et, comme la Bible le dit, les moutons seront séparés des boucs, les moutons à droite, les boucs à gauche. Il doit juger ses pensées, ses paroles et ses gestes et laisser s'exécuter le jugement. Ce n'est pas un DIEU étranger à lui qui le juge, il est celui qui prononce le jugement contre lui-même. Cependant, c'est avec soulagement que l'homme arrivé à cet échelon constate qu'il a déjà payé toutes les dettes contractées envers ses prochains. Les efforts qu'il fit pour progresser ne sont pas restés stériles. Cela en valut donc la peine puisqu'il n'a plus rien à réparer. Lors des étapes précédentes, il a appris comment il devait se comporter tant envers lui-même qu'envers ses prochains, comment, selon le Christ devait aimer ses prochains comme lui-même afin ne pas se charger d'un nouveau karma. Il franchi: --; seuil et rien ne put le retenir. Il jette un dernier cc d'oeil à ce que fut sa vie et, libre de toute dette, au-dessus de tout, au-dessus de la terre avec ses

et ses peines. Même s'il ne peut encore se défaire :e son enveloppe matérielle, il voit déjà tout d'en

pareil à l'ange qui plane au-dessus de sa tête, au-dessus de la terre. Il comprend pourquoi il doit encore

patienter ici-bas et ce que Dieu attend de lui. Il tout en oeuvre pour pouvoir achever dignement vie. Il n'a plus besoin pour cela des conseils de

voix intérieure puisqu'IL EST DEVENU CET—_:_ VOIX INTÉRIEURE ! Il n'a plus de conscience n de remords puisqu'IL EST DEVENU SA PROPFI CONSCIENCE ! La carte 13 illustre la destruction

la personne et l'éveil de l'esprit. L'homme devint conscient que son Moi n'est pas un être matériel et isolé mais qu'avec le mot « Je » il nommait l'esprit domine sa personne. Ce réveil lui fit analyser beaucoup de choses, tout spécialement la sexualité. Il en vin: bout à l'échelon de la quinzième carte. Il apprendre à transformer les énergies sexuelles en for:e créatrices qu'il dut ensuite pouvoir doser avant de Ifs transmettre. Il apprit à donner son amour à comme le soleil diffuse chaleur et lumière sans distinction. Ces énergies nouvelles ont ainsi changé et transformé son corps. Il renaquit aussi dans son corps f: maintenant, il vit la résurrection parfaite.

C'est ainsi que l'homme est sorti de la tombe, s'est défait de l'illusion qui lui fit croire qu'il était prisonnier d'un corps matériel, et il vécut la résurrection dans cette vie terrestre encore. Son corps vit dans le monde physique mais sa conscience s'est élevée au-dessus. Il n'est plus un être matériel, il n'a plus de « moi personnel » — de moi illusoire. Il est devenu un avec l'ESPRIT-MONDE, avec le MOI UNIVERSEL absolu et supérieur. Il a vécu l'union mystique. SA CONSCIENCE EST DEVENUE UNE ET IDENTIQUE AVEC LE MOI RÉEL ET DIVIN. Il voit tout depuis l'autre côté, à « l'inverse » et regarde EN ARRIÈRE car il a déjà franchi le grand seuil. Il a le sentiment que jusqu'alors ses chevilles étaient enchaînées à la terre et qu'il dut lutter longtemps pour se débarrasser des fers, maintenant brisés. Car, bien que ces liens n'existèrent que dans son imagination, ils n'en étaient pas moins réels pour lui. Mais plus rien ne le retient. Il peut désormais déployer les ailes qui toujours furent à sa disposition mais qu'il ne sut employer plus tôt car il n'en était pas conscient. Il peut voler, voler dans une liberté illimitée dans l'espace, dans une éternité infinie.

La carte 20 du Tarot porte la valeur numérique 200, formée du nombre 20 et du 0, symbole de l'espace infini.

A ce niveau, l'homme a trouvé les deux mondes qu'il cherchait déjà au deuxième échelon mais qu'il ne pouvait encore atteindre. Il se sent chez lui dans ces deux mondes car, dans tous les deux, il vit le sien propre. Il voit qu'il n'y a ni d'au-delà ni d'ici-bas. Tous deux forment une unité car l'ici-bas ne peut exister sans l'au-delà. Parfois, l'ici-bas n'est qu'une manifestation bien imparfaite de l'au-delà. Le Moi de l'homme a toujours habité l'au-delà et il y restera toujours, ait un corps ou non. Sans esprit, il n'y a pas de VII dans la matière. Il comprend maintenant tout ce la Grande Prêtresse cacha en refusant de lever le v:_t sur le sanctuaire. La multiplicité n'existe pas, il n que la seule et sainte UNITÉ : DIEU.

C'est ainsi que l'homme parfait son développement comme Gustav Meyring le décrit si bien dans oeuvre « Le Visage vert » :

« Pareil à Janus, il pouvait regarder dans les clé mondes et clairement distinguer les particularités a.. chacun

Dans l'ici-bas comme dans l'au-delà Il était un être vivant. »

La signification hiéroglyphique de la lettre RESCIH est la tête de l'homme, alors qu'en symbolique, ,elle veut dire « le retour » dans le monde divin. l'homme parvenu à ce niveau ressuscite dans le monde divin, y retourne donc.



 
www.voyanceclermontferrand.fr