questions/reponses sciences-humaines methode coué epictete fal-nameh temoignages voyance clermont ferrand voyance sagesse du tarot travaux occultes


   

Lame 15

LE DIABLE ( Le Diable )

Valeur numérique : 60

Lettre Samech

Le caractère principal de cette carte est un diable puissant qui, avec la tête et les sabots d'un bouc mais avec des mains d'homme, pareil au diable de n'importe quelle illustration, est un mélange homme-bouc. Il est pourvu de cornes énormes et les poils recouvrent la tête jusqu'en sa partie supérieure abritant le plus haut centre nerveux, le chakra Sahasrara, siège du pôle positif. Le diable anime donc déjà ce centre et en fait usage. Son front est orné d'une étoile à cinq branches

Le diable, Satan, porte en soi le symbole des quatre éléments et des deux sexes. Sa tête rouge représente l'esprit et l'élément Feu. Les ailes délicates de la Reine sont devenues ici deux immenses ailes de chauve-souris à l'aide desquelles Satan vole dans l'espace infini e: domine ainsi l'Air. Le buste et les bras, de couleur claire, symbolisent également cet élément. La partie inférieure de son corps est recouverte d'écailles, allusion à l'Eau. Ses jambes sont brunes et des sabots de bouc lui tiennent lieu de pieds. Ils représentent la Terre. Satan domine les quatre éléments. Et comme l'univers tout entier en est composé, Satan est le maître du monde matériel. Au cours de la Sainte Cène, Christ dit : « Levez-vous, partons d'ici car le prince du monde vient. » Les disciples comprirent qu'il s'agissait de SATAN.

Seul Satan peut être le maître dans le monde matériel car il est la loi de la matière qui se manifeste par la concentration, le refroidissement et le durcissement. Tant que Satan reste la loi inconsciente de la matière, il est une loi naturelle gardant sa place. Mais dès que l'homme réalise consciemment en lui cette loi et s'identifie avec elle, celle-ci devient un esprit vivant. Satan est donc la loi de la matière rendue vivante par l'esprit de l'homme. En sa qualité d'esprit, Satan est exactement opposé à l'esprit divin, il est l'adversaire car les lois de l'esprit et de la matière sont les reflets les unes des autres. Satan n'a pas d'existence propre. Satan ne peut vivre qu'en l'homme et par lui uniquement, car seul l'homme peut créer un esprit avec la loi de la matière s'il s'identifie avec elle. C'est donc l'homme lui-même qui donne vie à Satan. Pourtant, Satan qui n'a pu devenir un esprit vivant qu'au travers de l'être humain, peut en sa qualité de force contraire réactive précipiter l'homme vers sa perte, l'attirer en enfer et le vouer à la damnation.

La baguette magique du Magicien, le sceptre du Roi et de la Reine sont devenus ici une torche enflammée que Satan tient dans sa main droite. Satan règne sur la matière, donc également sur le corps de l'homme. La flamme du flambeau est le feu, la chaleur du corps qui brûle, animé par l'esprit qui l'habite. Mais au moment où le feu de l'esprit anime le corps, il tombe sous la loi de la matière, sous la domination de Satan. Et puisque Satan règne sur le corps, il est par conséquent aussi le maître du feu qui anime le corps et qui se manifeste par les deux grands instincts de l'homme. l'instinct de conservation et l'instinct de procréation.

Chez les animaux, cela se passe sans interférence de la raison puisqu'ils n'en ont pas et qu'ils viven: selon les lois, selon le plan de la nature. Lorsqu'un animal est empêché de suivre ce programme naturel. il périt. Si, par exemple, les fourmis ne peuvent mange: et boire ce que la nature leur dicte, elles dépérissent Si le temps des noces ne peut être respecté, elles meurent misérablement. Les noces ne peuvent être remises à plus tard. Plus un animal s'élève sur l'échelle de nature et plus il développe ses facultés d'adaptation. Mais cela va jusqu'à une certaine limite. Les animaux restent toujours étroitement soumis aux lois naturelles

Un être humain qui serait dépourvu de tout entendement suivrait inconsciemment le plan naturel tou: comme un animal. Mais l'homme possède une raison une intelligence grâce à laquelle il devient conscien: Cette raison lui sert de miroir dans lequel il se reconnaît. Grâce au raisonnement, l'homme est capable

se placer au-dessus des lois de la nature et de s'adapte: aux changements des conditions de vie. Il peu: échapper à des catastrophes, survivre à des privations inimaginables sans grand dommage, même s'il ne peu: manger et boire ce que la nature lui prescrit. Il dirige sa vie sexuelle comme il l'entend, selon son bon vcr_:- loir. Si cette faculté d'adaptation est un avantage extraordinaire sur les animaux, elle représente également un grand danger : avec son raisonnemen: l'homme peut s'éloigner de la nature et corrompre

instincts sains. Il peut faire un but de ses besoins naturels et normaux et créer ainsi en lui des désordre physiques et psychiques. Il peut développer un vice et par là se vendre au «diable » et en devenir l'esclave. C'est ainsi que l'homme s'assujettit à Satan, au serpent de l'arbre de la connaissance du bien et du mal...

Nous voyons ici que les organes sexuels de Satan ont pris la forme de la raison, de l'intellect, le symbole de Mercure. Cela signifie que Satan tient l'homme sous son emprise par la force de son raisonnement, pénètre en sa conscience pour faire agir son influence. Sans la raison de l'homme, Satan ne pourrait exister et serait réduit à une loi inconsciente de la nature.

Sa main gauche porte les deux organes sexuels unis, masculin-positif et féminin-négatif. Une inscription indique, sur son bras droit, SOLVE c'est-à-dire SÉPARE, et sur le bras gauche, COAGULA, RÉUNIS. Que sépare-t-il et que réunit-il ?

La science vient à l'appui de la philosophie védique qui prétendait, il y a des milliers d'années déjà, qu'à l'origine, l'homme portait en lui les deux sexes. C'était une créature bisexuelle. Tel un ange, l'être humain était donc androgyne. Que ce soit en Europe ou en Asie, chez les Indiens d'Amérique ou les Noirs d'Afrique, les traditions religieuses ont toujours représenté l'ange comme un être bisexuel, androgyne. Cela correspond très probablement à la vérité, même si la forme en est parfois bien naïve. Les êtres bisexuels n'ont rien de commun avec les hermaphrodites — nom composé de Hermès et Aphrodite — qui ne sont ni homme ni femme. L'être androgyne est homme et femme réunis en une seule créature. — La Bible, l'un des plus anciens récits de l'histoire de la création de l'humanité, dit également que l'homme était bisexuel.

Adam qui personnifie la forme première de l'humanité. portait en lui les deux sexes. Eve n'apparut que lorsque Dieu la fit sortir du corps d'Adam. Comme la Bible le raconte, Adam fut envahi par un profond sommeil. Dieu lui prit une côte et en forma la femme, Eve. La Bible fait donc part de cette évolution confirmée par la science contemporaine. Ce développement ne fut évidemment ni aussi simple ni aussi rapide, il s'étala certainement sur plusieurs millions d'années. Ainsi Satan, la loi de la matière, a séparé les deux sexes afin d'assurer la procréation, la naissance, et a fait de chacun d'eux, un être indépendant. Il a donc SÉPARÉ les deux sexes — SOLVE. Puis, par un acte sexuel extérieur, il les a physiquement RÉUNIS — COAGULA. Les deux sexes se trouvent réunis pendant le court moment de l'acte sexuel. Une fois vécue. cette unité se dissout et les deux sexes doivent se séparer pour continuer à vivre indépendamment l'un de l'autre. Certaines religions, à l'instar de la science. prétendent que les deux sexes qui ne formaient une fois qu'un seul être bisexuel, furent séparés petit à petit par une tendance de plus en plus marquée vers l'un ou l'autre des sexes, et continuent encore à se chercher dans cette vie terrestre. Tous deux ressentent cette affinité, cette nostalgie et le désir d'être à nouveau un, d'avoir un Moi unique. Le grand Beethoven il écrit à sa bien-aimée Thérèse Brunswieck : « O toi. mon ange, mon tout, mon « Moi »... »

Comme cette illustration nous le montre, Satan. la loi de la matière, a séparé les sexes et les a rapprochés ensuite dans une union physique extérieure. Voilà pourquoi sa main gauche tient les deux organes sexuels réunis. Mais ils ne sont unis que dans le corps.

Les deux sexes sont représentés ici par deux créatures mi-homme, mi-diable. Un petit diable masculin et un petit diable féminin. Ils sont solidement attachés au socle supportant Satan. Ils sont donc séparés comme le dit l'inscription — SOLVE — et pourtant éternellement enchaînés l'un à l'autre par l'identité intérieure de l'esprit qui s'exprime par le désir et la force physiques sexuels. L'inscription du bras gauche en fait foi — COAGULA — Réunis. Ils ne peuvent donc ni exister ensemble ni se passer l'un de l'autre. Cette révélation n'en est pas venue subitement à l'homme. Ce fut une longue préparation, particulièrement au niveau de la sixième carte du Tarot où l'homme dut apprendre à choisir entre le bon et le mauvais chemin. Il poursuivit sa route et, au neuvième échelon, se retira de la vie mondaine pour faire connaissance du monde et de sa vie intérieurs. Arrivé au niveau de la onzième carte, il réalisa en lui-même l'amour réel et l'impersonnalité. Et à celui de la douzième carte, il dut apprendre à penser à l'inverse des autres. Puis, il vécut la mort mystique et sut comment transmuer les forces négatives en forces positives. La prochaine étape devait donc pouvoir conduire à la transformation de l'énergie sexuelle en force créatrice. Il s'y était d'ailleurs préparé mentalement. Lorsqu'il vécut la mort mystique, il fut envahi par les souvenirs de toute sa vie. Il dut reconnaître que la force sexuelle l'avait trompé. De l'union sexuelle, il avait attendu le bonheur mais il ne l'avait jamais trouvé. Il y a loin de la satisfaction physique à l'accomplissement tant désiré. Dès qu'il croyait avoir atteint cette perfection dans l'unité corporelle, tout s'enflammait comme un feu d'artifice tout aussitôt consumé et éteint. Il ne pouva: fixer et garder le sentiment du bonheur. Il ne resta:: en lui que la nostalgie inassouvie de cette perfecticr qu'il n'avait jamais rencontrée. Et que lui restera-t-:_i lorsque l'âge l'empêchera de vivre et d'exprimer l'amour par son corps ? Rien du tout. L'homme réfléchit encore : que veut-il réellement atteindre dans l'union sexuelle puisqu'il n'est pas apaisé par ce que cet acte lui offre ? Toute sa vie, il a cherché un être sa moitié, son complément. L'amour est la manifestation d'une force qui pousse inexorablement vers 12 réunion deux moitiés complémentaires. Car c'est cette volonté inconsciente de se réunir que l'homme nomme « amour ». L'être humain s'efforce de réaliser ce désir impérieux et s'imagine que l'union corporelle lui en donne la possibilité. Mais il doit pourtant bien admettre qu'il n'a jamais trouvé ce qu'il cherchait une unité véritable, durable. Il veut une unité au seir_ de laquelle il puisse s'identifier à l'être aimé, il se veu: identique au, MOI de l'autre. Il veut abolir la loi ds_: MOI et du TOI pour se fondre, avec l'être aimé, ee: un MOI unique. Or, ce n'est pas possible. — Pourquoi ? Justement parce que le corps se dresse entre les deux, la loi de la matière, SATAN, s'interpose. L résistance de la matière, du corps, ne permet pas à deux êtres qui s'aiment de s'unir, de devenir UN dans réalité extérieure et matérielle. L'homme a dû accepter ce paradoxe, cette impossibilité, cette contradiction c'est par l'union sexuelle qu'il veut vivre l'unité intérieure avec l'être aimé et c'est précisément le cor .- qui s'oppose à cette unité et l'empêche. Alors, pourquoi souhaite-t-il cette union corporelle ? Pourquoi, dès son enfance, dès le premier éveil de sa conscience, aspire-t-il si ardemment à cette union ? Il sait que seule une unité parfaite, et non seulement sa manifestation physique, peut le combler. Or, comme cela est justement impossible par le corps, il y renonce entièrement. Pourtant, cette unité doit être réalisable sinon il ne pourrait la désirer ! Mais, cela ne peut arriver que lorsque l'homme s'est élevé à un certain niveau où le corps ne fait plus obstacle. Il sait qu'une fois, il a vécu cet état. Il le sent profondément et aspire à le retrouver. Une fois, quelque part..., mais maintenant, cela ne lui est pas possible. Bien sûr, il y eut la chute de l'homme hors du paradis ! Mais, il doit absolument y retourner. Il en est sorti au moment où il fut incarné. Or, puisqu'il en est ainsi, l'homme préfère désormais renoncer à cette union corporelle insatisfaisante, à cette frustration. Plus de compromis. Il doit se rendre à l'évidence : le corps ne peut pas désirer cette union parfaite puisque c'est précisément lui qui l'empêche. Cependant, en esprit, il est possible de vivre et de réaliser ce désir d'unité, cet amour véritable. C'est là le chemin qui affranchira l'homme de l'esclavage.

La réussite est longue à venir. Mais au niveau de conscience symbolisé par cette quinzième carte du Tarot, l'homme se défait déjà de ses chaînes. Il redonne à la force qui le lie au sexe opposé sa forme première et utilise cette énergie transformée — ou retransformée — comme force créatrice, comme force spirituelle du principe créateur, le Logos.

Revenons-en à l'étoile de Christ que Satan porte sur le front. Une fois que nous savons que la force sexuelle est la manifestation de la force créatrice dans la matière, dans le corps, nous comprenons alors le rôle de Satan. Cette même énergie qui, à titre de force sexuelle logée dans les chakras des centres nerveux inférieurs, enchaîne les deux sexes au socle de Satan. va se manifester comme force créatrice, la force du Christ, en haut dans la tête, dans les centres nerveux supérieurs. Si nous pouvons sublimer, si nous pouvons retransformer l'énergie sexuelle en force créatrice, nous pouvons alors vaincre Satan avec ses propres armes Car cette transformation ne peut s'accomplir qu'à l'aide des lois de la nature, avec l'aide de Satan et à ce moment seulement, l'homme est libéré des chaînes de Satan.

« Seul celui qui sait se dominer

Peut se libérer de la puissance qui enchaîne tous les

[êtres. »

dit Goethe. Cette carte illustre l'état de celui qui s'es: élevé à ce niveau ; il n'est plus instinctif ni sexuel. trouvait, sous sa forme terrestre, l'autre moitié de son être céleste dont Satan l'a séparé, il pourrait alors vivre consciemment avec cette moitié complémentaire une union spirituelle heureuse. Inconsciemment, il porte toujours en soi cette moitié complémentaire. L'animu5 et l'anima sont un dans l'esprit.

Le diable porte les deux sexes en lui. Il ne doit

les séparer. Sa barbe est rouge. Il est masculin-positii: dans la tête, dans l'esprit. Sa poitrine, comme celle d'une nourrice, est fort développée, donc féminine- négative. Son sexe est masculin mais dans le sens spirituel, non pas physique. Son organe sexuel est la raison de l'homme, son intelligence, par laquelle Satan s'approprie l'homme et l'assujettit. Au niveau de conscience de cette quinzième carte, l'homme s'est affranchi de cette oppression.

La carte 15 porte la valeur numérique 60, somme du nombre 15, le 6 lié au 0, symbole de l'univers infini. Sa lettre est SAMECH.

Le chiffre 5 est une moitié en moins du nombre de la création 10, 15 une moitié en plus de ce nombre 10. Le nombre 15 est donc divisible par le nombre divin 3 et celui du Christ 5. Le résultat de la multiplication de ces deux chiffres est 15 dont la somme est 6. En y ajoutant 0, nous obtenons 60, valeur numérique de cette carte. 60 est divisible par 12 nombres, donc par un cinquième. C'est lui qui, de toute la série des chiffres, a le plus de relations : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 10, 12, 15, 20, 30 et 60. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard que Satan porte justement ce nombre; il doit, en effet, avoir beaucoup de relations ! Il est bon d'accorder quelque réflexion à ce nombre. On comprendra alors mieux certains êtres.

La lettre SAMECH représente une arme que l'homme, à ce niveau de conscience, doit conquérir et garder en sa possession afin de pouvoir se protéger et combattre toute influence intérieure et extérieure. La forme de cette lettre rappelle un arc. Le cercle fermé est également le symbole bien connu du serpent mordant sa queue. SAMECH signifie aussi « pôle opposé » ( des sexes ) et « Nahash » le dragon gardien du seuil.



 
www.voyanceclermontferrand.fr