questions/reponses sciences-humaines methode coué epictete fal-nameh temoignages voyance clermont ferrand voyance sagesse du tarot travaux occultes


   

Lame 7

LE CHARIOT

( Le Char du Vainqueur )

Nombre : 7

Lettre : Zain

Une fois encore, nous retrouvons le Bateleur. La perplexité qu'il montrait sur la sixième carte s'est envolée et il n'a plus besoin de se défendre contre les influences étrangères. Sûr de soi et décidé, le voici debout, dans un chariot en forme de cube qui le mènera plus rapidement au but. Au carrefour, il a emprunté la bonne route — comme nous l'avons montré, il ne pouvait que choisir le bon chemin — et le voici vainqueur.

Sa tête est coiffée d'une couronne à trois grandes étoiles scintillantes. Une étoile a sa propre lumière et. en symbolique, la lumière signifie toujours la conscience. Les trois étoiles illustrent ici les trois phases conscientes du temps : le passé, le présent et l'avenir. Ces trois périodes n'existent que dans la conscience de l'homme. Vainqueur, il sait maintenant qu'il peut construire son avenir sur les trésors du passé. Il porte un vêtement pareil à une armure dont la couleur indique la spiritualité et la croyance profonde en Dieu. La jupe est garnie de trois grands cercles jaunes. Les trois pans de la jupe comprenant les cercles sont ourlés de jaune. Les cercles symbolisent les trois mondes, le ciel, la terre et l'enfer que le jeune homme a déjà vécus en lui-même. Le galon jaune prouve à nouveau que c'est par sa haute intelligence qu'il exprime sa spiritualité.

Sur sa poitrine, une large bande est garnie des cinq boutons déjà présents sur les habits du Bateleur. Ils représentent aussi les cinq sens qui le relient au monde extérieur.

Dans sa main droite, la baguette magique est devenue le sceptre du vainqueur. A son niveau, il est un maître.

Les épaulettes représentent deux corps célestes, le soleil et la lune, que nous avions déjà rencontrés sur l'habit de l'Empereur. L'homme a appris à dominer les deux grandes forces, la force positive du soleil et la force négative de la lune, et il travaille sciemment avec ces deux énergies créatrices.

Le chariot nous rappelle le trône de l'Empereur qui alors, n'était pas encore un véhicule, mais un simple cube. Le vainqueur utilise ce cube comme chariot pour conduire sa marche triomphale.

De chaque coin de ce chariot s'élèvent quatre hampes soutenant un dais bleu tendu au-dessus de la tête du vainqueur. Les quatre hampes illustrent les quatre éléments : le feu, l'air, l'eau et la terre. Le vainqueur se tient exactement au centre, soit au point d'intersection des diagonales. Il réunit ainsi en lui ces quatre éléments et les maîtrise. Le baldaquin est formé de quatre demi- cercles bleus comprenant trois étoiles chacun, donc douze étoiles symbolisant les douze signes du zodiaque, comme sur la carte de l'Impératrice.

D'étranges dessins garnissent le devant du chariot. Au centre, nous reconnaissons les deux organes sexuels humains réunis. Ils reposent l'un dans l'autre, pareils aux pôles positif et négatif du septième échelon de conscience. Dans la Bible, il est dit : « ... et Dieu se reposa au « septième jour » de toute oeuvre qu'il avait faite. » Dans la Bible, le « jour » signifie le conscient et la « nuit » l'inconscient. Le chiffre 7 est aussi le chiffre de cette carte. La philosophie religieuse de la Chine représente cet état divin et neutre des deux pôles reposant l'un dans l'autre par le Yang et le Yin.

Ici, les organes réunis des deux sexes sont entourés d'un mince galon jaune en ovale. On comprend par là que le vainqueur qui, sur la sixième carte, a choisi le bon chemin, sait déjà que les deux sexes n'en sont qu'un. Ils forment les deux moitiés du TOUT divin. L'homme, en qualité d'être spirituel et à un échelon supérieur de conscience, doit donc réunir en lui ces deux moitiés s'il veut être le « tout ». Physiquement. il appartient à Pun ou l'autre des sexes, mais spirituellement, il a ces deux pôles en lui-même, il est androgyne. Mais, ce que l'on a en tête — ce que l'on comprend — est encore bien loin de la réalisation. Et pourtant, cette réalisation commence précisément par la compréhension. Puis, ce qui est compris s'écoule, passe lentement de l'intellect dans l'être. La Bible dit : « Le Verbe devint chair ». C'est ainsi que l'on devient peu. à peu ce que précédemment, on avait seulement compris. A ce degré de conscience, l'homme comprend l'unité des deux moitiés, mais il n'est encore que l'une de ces moitiés, et non le TOUT. Il ne peut encore vivre, expérimenter en lui le TOUT.

Coiffant ce dessin, nous reconnaissons le symbole égyptien du Logos, le principe créateur qui parcourt l'univers, créant et animant tout. C'est la forme simplifiée du faucon Horus, un cercle rouge flanqué de deux grandes ailes. L'esprit est au-dessus de la scission, il est une unité. Celui qui a su s'élever à ce niveau spirituel est également une unité dans sa conscience. Dans son esprit, il est un TOUT.

Le chariot est tiré par deux sphinx, l'un blanc, l'autre noir, celui-là même qui était aux pieds de la Papesse sur la deuxième carte. Le blanc était encore caché. A l'échelon de la Papesse, l'homme ne connaissait alors que le monde matériel et les lois le régissant. Maintenant, il connaît déjà les deux côtés, le droit et le gauche, le monde spirituel et le monde matériel, qui n'ont plus de secrets pour lui. En observant de plus près ces deux sphinx, nous nous apercevons vite qu'il ne s'agit en fait pas de deux sphinx, mais bien d'un sphinx à deux bustes. Le monde matériel-terrestre est l'image exactement opposée du monde spirituel-divin. Ce que je vois et ce que je suis sont toujours parfaitement contraires. Face à quelqu'un, nous voyons sa main droite du côté de notre main gauche, et sa main gauche du côté de notre main droite. Donc, je ne peux être ce que je vois et ne peux voir ce que je suis. Aucun artiste n'a jamais pu peindre un auto-portrait car il ne peut se voir. Il ne peut voir et peindre que son image, son reflet. Mais, il n'est pas ce reflet; en réalité, il n'est pas ainsi. En effet, son côté droit est à gauche de son image et son côté gauche à droite !

Il en est ainsi de tout, mais prenons encore l'écriture pour exemple. Si je regarde la lettre E, celle-ci est écrite de gauche à droite. Mais, si dans un état d'être, je vis cette lettre E, si je l'écris sur la poitrine, donc si ie suis ce E, cette lettre est inversée, soit de droite à gauche. Dans les cultures occidentales contemporaines, nous écrivons et lisons de gauche à droite dans l'état suivant la chute hors du paradis. Certains peuples ont gardé l'écriture originale et écrivent, dans un état d'être, de droite à gauche. Les Juifs traduisent cet état sur le papier en écrivant et lisant de droite à gauche. Le sphinx blanc illustre l'état d'être et le sphinx brun l'état après la chute. Ils tentent d'aller dans des directions opposées. Or, ce sont ces énergies contraires qui font avancer le chariot.

Le vainqueur comprend cette vérité, il voit et il est les deux sphinx. Il connaît déjà la différence existant entre l'état résultant de la chute du paradis et l'état d'être divin, même s'il ne peut toujours persévérer dans cet état-là. Il lui arrive d'en sortir, de se projeter au-dehors. Tout ce qui est très humain l'attire encore et il ne peut toujours vaincre cette force. Néanmoins. il est sur le chemin du retour.

Pareil au vainqueur sur son char, l'homme arrivé à ce niveau devient conscient et acquiert de l'assurance. Il apprend à connaître ses propres forces et il sait déjà que ce ne sont pas les siennes mais qu'elles appartiennent à Dieu. Il sait aussi que sans DIEU, il n'est rien et que toutes ses facultés et ses talents proviennent d'une seule et même source. Tout ce qui vit reçoit seulement la force de vie, les capacités et les dons_ Michel-Ange, Beethoven et autres titans ne sont pas à l'origine de leurs talents mais ils les ont tous reçus de Dieu.

L'homme ne dispose par lui-même d'aucune vie, d'aucune faculté ni de dons. Il reçoit tout de Dieu. Lorsque l'homme a compris cela, il se défait de sa suffisance et de son attitude isolée, résultat de son ignorance passée, il devient modeste. Il sait qu'il n'est que la personne, le haut-parleur de Dieu. Dans l'Antiquité, «Persona était un grand masque que les acteurs portaient pour faire mieux résonner leur voix. Par son intermédiaire, l'être humain fait entendre la voix de Dieu. Il sent déjà que DIEU l'aime et le conduit car IL a des plans pour lui. DIEU lui a donné des talents et des facultés car IL veut faire de cet être un instrument de SA manifestation. L'homme comprend alors qu'il est un enfant de Dieu et désormais, essaie de faire Sa volonté. Il sait maintenant qu'avoir confiance en soi et avoir confiance en Dieu sont une seule et même chose ! DIEU est la perfection en lui, l'imperfection résultant du simple fait qu'il manifeste parfois sa personne et non pas toujours,DIEU. Il tente de devenir un meilleur haut-parleur. Plus il réalise la futilité de sa personne et plus il s'affirme car il sent qu'il n'est que le « Persona », le « Masque » de Dieu, que c'est Dieu qui parle et enseigne par sa bouche, Dieu qui aime tous les hommes à travers lui. Il devient ainsi un meilleur récipient des forces divines. Il remarque que ses paroles et ses actions exercent une force suggestive sur ses prochains. Il emploie cette force pour aider. Sa supériorité est reconnue. Il peut accomplir ce qu'il désire avec son Moi suprême. Partout, il est vainqueur.

Cette période est celle du cortège triomphal. L'homme a gagné le combat décisif qui l'attendait au carrefour. L'instant présent ne lui apporte plus de lutte et il ne pense même pas à l'avenir qui lui réserve pourtant des difficultés toujours grandissantes. Il se repose maintenant sur ses lauriers et suppose qu'il peut aller de l'avant sans grand effort. Il est satisfait de lui-même et du monde. Il est optimiste, son destin lui apporte louanges et honneurs. Ceux qui ne connaissent pas encore la source de sa force, l'admirent. Ils recherchent son amitié et son enseignement. La différence entre lui et les hommes moyens n'est pas aussi grande que ceux-ci ne puissent le comprendre. Il enseigne ainsi avec succès et prend le temps, à côté de sa profession terrestre, de se consacrer aux autres. Partout, il récolte louanges, sympathie et honneurs.

Le premier cycle du développement de l'homme. illustré par les sept premières cartes du Tarot s'achève ici. Cet échelon est également le début d'un nouveau cycle qui commence avec la septième carte et se termine avec la treizième.

La septième carte du Tarot porte le chiffre 7 et la lettre ZAIN. Le chiffre 7 est le chiffre le plus important à notre niveau terrestre. C'est le chiffre-clé de notre monde à trois dimensions. Tout ce qui, sur terre_ représente une unité se décompose en sept éléments. La Bible dit que le monde est animé par les sept 'âmes de Dieu et que la création consiste en sept sphères 3e création. Dans l'Apocalypse, il est dit que l'agneau. :e principe créateur, le Logos, a sept cornes représenta= les sept forces créatrices. La Cabbale et la philosophe indienne du Védânta affirment les mêmes vérités e. énumèrent de pareille manière les sept niveaux physique-matériel, végétatif, animal, mental, causal. divin-psychique ( âme divine ), divin-créateur ( esprit divin) .L'un des plus grands initiés occidentaux, Paracelse, était du même avis. L'être humain, produit supérieur de la création sur terre, compte aussi sept niveaux. Les paysans ont coutume de dire « l'homme a sept peaux ». La Bible nous apporte encore beaucoup d'exemples : les sept vaches grasses et les sept vaches maigres symbolisent les sept années de prospérité et les sept années de malheur. Et Dieu marqua le ciel du signe de son alliance avec Noé : l'arc-en-ciel composé de sept couleurs. Il y a sept tons dans un octave. Il y a sept vertèbres cervicales tant chez l'homme que chez la girafe ou la taupe. Rome fut construite sur sept collines et le dragon des légendes a sept têtes. Toutes ces preuves viennent à l'appui de la grande vérité : le chiffre 7 est le chiffre-clé du monde matériel. La géométrie aussi démontre l'importance de ce chiffre. Chaque cercle comprend sept cercles plus petits dont le diamètre est exactement le tiers de celui du grand cercle .

Dans les trois dimensions, le chiffre 7 a une signification profonde : lorsque le point, sans dimension, passe du non-manifesté au manifesté et devient une ligne dans la première dimension, il contient trois facteurs : le point de départ, le point de terminaison et l'intervalle entre les deux. Si la ligne continue et avec la même énergie et la même vitesse se manifeste dans la deuxième dimension, il en résulte une surface, le carré, avec cinq facteurs : les quatre côtés et la surface intérieure. Si cette surface se manifeste ensuite dans la troisième dimension, elle devient un cube à sept facteurs : six surfaces et, comme septième facteur, le volume. Donc, le chiffre 7 est bien le chiffre-clé du monde à trois dimensions. Dans l'Apocalypse, Jean parle de la nouvelle Jérusalem sainte, la fiancée de l'agneau. « La ville avait la forme d'un carré, et sa longueur était égale à sa largeur. Il mesura la ville avec le roseau, et trouva douze mille stades; la longueur, la largeur et la hauteur en étaient égales.. ( Apocalypse de Jean 21/16 ). Nous voyons donc que la nouvelle Jérusalem est un cube.

Les lettres de l'alphabet ont aussi une relation part:- culière avec le chiffre 7. Si nous plaçons sept points sur un cercle et que nous les réunissions sans répétition nous obtenons exactement 21 lignes de liaison et

point central, donc 22 facteurs. Notre alphabet consiste également en 22 lettres de base avec le « jod > au centre. Les lettres combinées ne sont que des variations et non des lettres en soi.

La lettre ZAIN signifie « victoire dans tous mondes ». Elle se rapporte au septième Sephirots Nezach, qui veut dire solidité.


 
www.voyanceclermontferrand.fr