questions/reponses sciences-humaines methode coué epictete fal-nameh temoignages voyance clermont ferrand voyance sagesse du tarot travaux occultes


   

Lame 8

LA JUSTICE ( La Justice )

Nombre : 8

Lettre : Geth

Ici, nous retrouvons notre aimable Impératrice, dotée de nouveaux attributs. Sa couronne est posée sur une coiffe rouge, prouvant par là qu'afin d'être équitable, elle doit travailler avec la force de son esprit dont elle pénètre tout. Le cercle du centre de la coiffe est le symbole de la connaissance de soi.

La reine n'a plus d'ailes. Elle n'en a plus besoin puisque maintenant, elle ne vole plus dans l'espace illimité des cieux. Elle est descendue sur terre, dans le monde actif pour y exercer la justice.

Elle est assise sur un trône massif qui lui donne une base solide. A gauche et à droite, le dossier est orné de quatre boutons jaunes sur fond rouge, soit huit boutons, le chiffre de cette carte. En superposant les deux plateaux de la balance, nous formons également le chiffre 8.

Le vêtement est composé d'étoffes de couleurs diverses. La collerette rouge est garnie de blanc et, en dessous, la reine porte une blouse bleue comme la partie inférieure des manches. La jupe est rouge et, sur les genoux, elle a une grande étole bleu ciel doublée de vert. Comme nous le savons déjà, le rouge est toujours le symbole de la spiritualité et le bleu, celui de la foi pure en Dieu. Les garnitures blanches illustrent la manifestation de l'esprit par la pureté et la doublure verte désigne la sympathie et la bienveillance envers chacun. La partie supérieure des manches est rayée vert et jaune montrant ainsi que ses actions dans le monde actif sont guidées par la bonne volonté et la sagesse.

Sa main droite porte une lourde épée. Elle ne règne plus avec le sceptre mais avec une épée pour le combat. Elle a besoin d'une arme pour faire respecter sans appe: ses décisions et son jugement. Souvent, c'est par l'épée qu'elle doit résoudre de graves problèmes, comme Alexandre le Grand trancha le noeud gordien. L'épée représente également les facultés discriminatives de la reine qui lui permettent de reconnaître et de séparer les boucs des moutons du troupeau. L'épée est la force de discernement avec lequel la Justice, après avoir pesé chaque pensée, chaque parole et chaque action_ sépare dans l'homme le faux du juste pour l'en efface de l'être.

Sa main gauche porte la balance avec laquelle elle pèse tout ce qui est de son domaine. La grande question est de savoir si elle trouve quelque chose trop loure ou trop léger, si elle choisit de garder ou d'éliminer

Celui qui, à l'échelon du Vainqueur, était deve= conscient de soi, doit, au niveau de la Justice,

de l'ordre en lui-même d'une manière définitive. qu'à maintenant, son attention était dirigée vers l'exit- rieur. Il amassait les impressions de la vie sans contrôler la qualité et en chargeait lourdement son érr..! intérieur, partiellement même son inconscient, sas discrimination aucune. Il est donc temps d'y remedier. Il fait appel aux souvenirs inconscients et, sciemment, pèse les plus petites impressions pour savoir s'il vaut la peine de les absorber ou si elles doivent encore être digérées. Pour trouver l'équilibre absolu, il doit pouvoir harmoniser tout ce qui est en lui. Si certains souvenirs le font encore souffrir, il doit en découvrir la cause, expliquer les raisons de cette souffrance et par là même, la résoudre. Ces souvenirs douloureux ne seront plus alors qu'une expérience pleine d'enseignement dont il peut même se réjouir puisque cette souffrance lui aura permis de faire de grands progrès. Il appelle consciemment en lui toutes ses amitiés et inimitiés et analyse les raisons de ses sentiments. Ce travail intérieur le conduit à des résultats remarquables. Jusqu'à présent, il avait beaucoup plus appris par ses ennemis que par ses amis qui, peut-être, n'étaient même pas de vrais amis. Ses ennemis ne l'ont pas épargné et lui ont crié la vérité au visage. Ses amis, par contre, ne voulaient pas le blesser et, à cause d'une délicatesse et d'un amour mal placés, lui ont tu ses défauts évidents. Il doit aussi reconnaître que bien peu sont ceux de ses amis qui ont su lui faire remarquer ses fautes et ses erreurs tout en restant près de lui, sans jamais l'abandonner. Il les apprécie d'autant plus maintenant et les garde à jamais dans son coeur et dans son âme reconnaissante.

Alors qu'il effectue ce travail intérieur, bien des choses changent pour lui dans le monde extérieur. Tant qu'il était à l'échelon de la septième carte du Tarot, il était admiré de tous et chacun demandait son conseil. Beaucoup avaient recours à lui pour parler de problèmes intérieurs et psychiques et suivre son enseignement. Il était devenu un centre d'intérêt et vivait entouré de chercheurs. Or, maintenant qu'il est devenu objectif, agissant sans compromis, tant envers lui-même qu'envers ses prochains, le nombre de ceux qui désirent entendre ses vérités, ses conseils et son enseignement se réduit considérablement. Il n'avait alors pas appris à se taire ni ne savait que certaines vérités ne peuvent être révélées sans réserve à ceux qui ne sont encore mûrs pour les entendre. C'est pourquoi on le jugeait sans cœur, intransigeant et froid. Au lieu de sagement se taire, il était devenu de plus en plu., inflexible et donnait son avis sans ménagement. Cette intransigeance entraîna une certaine scission entre lui et ceux qui ne pouvaient comprendre les raisons de ses actes. Le nombre de ceux qui l'admiraient, de ceux qui, en toutes choses, étaient d'accord avec lui, dirr:- nuait sensiblement au fur et à mesure qu'il progressait sur la voie du discernement. De ce vaste cercle, il ne restait plus que quelques amis fidèles. Puis il lui fur donné de savoir tout peser en soi, de voir et reconnaître ses fautes jusque-là ignorées. Dès lors, il devine plus modeste et montra plus de compréhension enveni les autres. Beaucoup se méprirent à son sujet et firezt de cette modestie objective un sujet de critique. Toutefois, honneurs et louanges lui sont devenus mo;_:e importants. Sa vanité s'est envolée. Le contentera: i. exprimé par sa voix intérieure, la voix de son Ma suprême, a beaucoup plus de valeur que les louanges de son entourage. Il poursuit donc sa route, travaiE en soi et sur soi.

A cet échelon de conscience, l'homme entreprend un nettoyage général; il essaie de soupeser chaque chose et de donner une juste valeur à ses expériences. Il avance systématiquement, méthodiquement, faisant naître un ordre divin du chaos qui régnait en lui auparavant. Tout ce qu'il a vécu jusqu'à ce jour est enregistré et chaque expérience occupe la place qu'elle mérite selon son importance réelle. Il établit un compte sans merci de tout ce qu'il a fait et n'a pas fait dans sa vie. Il comprend ce qu'il aurait dû faire et n'a pas fait, et ce qu'il a fait et n'aurait pas dû faire. Il continue à soupeser ses actes : « Cela fut juste, cela fut une erreur ! » Il en arrive à une ferme décision : « La prochaine fois, je ferai beaucoup, beaucoup mieux. Que Dieu veuille bien m'en donner l'occasion ! »

La huitième carte du Tarot porte le chiffre 8 et la lettre GETH. Le chiffre 8 est le cercle divin se reflétant, donc double, symbole de l'esprit éternel. Posons un cercle sur un miroir et nous obtenons le chiffre 8. L'esprit, seule réalité absolue existante, se reflète dans le monde des apparences matérielles. Il se manifeste dans la réalité subjective, donc passagère, de ce monde. Dans la création, ce procédé n'a ni commencement ni fin, il est infini. C'est pourquoi les mathématiciens ont choisi ce signe pour symbole de l'infinité. Il est alors dessiné horizontalement afin qu'il ne puisse être confondu avec un 8 ordinaire. Pareil au 8 qui, d'un cercle à l'autre, continue dans la même direction vers l'infini, l'être humain sort du cercle de l'inconscient pour entrer dans le cercle du conscient, fait apparaître sciemment de cet inconscient des expériences, des événements oubliés depuis longtemps, et même refoulés. Il pèse, soupèse, évalue ses expériences, les analyse et les catalogue jusqu'à ce que naisse l'ordre du chaos de son être intime. Il reconnaît que tout ce qu'apparemment il vit dans le monde extérieur, donc son destin, ne vient pas du dehors, mais existe en lui-même. Si son sort lui déplaît, il doit se changer lui-même afin que son destin lui fasse vivre des expériences qui le comblent.

La mythologie grecque nous conte la belle histoire de Narcisse qui se mirait dans l'eau et qui, ignorant qu'il était lui-même cette image, retournait toujours vers l'eau pour y retrouver le bel étranger. Il en est de même de l'homme et de son destin dans le monde extérieur. Il ne sait pas qu'il n'est qu'un reflet de soi Moi, de son esprit. Le chiffre 8 est donc le reflet de l'esprit éternel dans le monde des apparences, des chimères, dans le monde matériel.

Dans la Cabbale, le lettre GETH correspond az huitième Sephirot, Hod, signifiant louange et magnificence.






 
www.voyanceclermontferrand.fr